Est-il possible de chauffer un local avec une cheminée éthanol ?

Nous avons l'habitude, que ce soit par voie téléphonique ou par mail, de dialoguer avec vous – nos clients. Nous avons décidé de réaliser un ensemble de tests, certains d'entre vous semblant sceptiques à l'idée qu'une cheminée fonctionnant à l'éthanol – bien qu'elle intègre une flamme – puisse avoir un effet quelconque sur la température de la pièce qui l'accueille. Nous allons donc sur cette page passer au crible l'intégralité de nos brûleurs – ce qui nous permettra de déterminer si oui ou non, un poêle bio éthanol est capable de chauffer.

Définition de la procédure

Nous utilisons une pièce que nous pourrions définir comme étant banale : elle est carrée, dispose d'une hauteur de plafond 2,50m, est isolée au standards actuels. Périodiquement, on fait un relevé de la température intérieure, de la température extérieure, de l'hygrométrie à savoir le taux d'humidité de la pièce. ce dernier facteur est important à prendre en compte, car il est tout autant déterminant que la température lorsqu'on parle de confort dans la pièce. On estime commumément qu'un bon taux d'humidité est compris en 45 et 70 %. Le bloc de combustion que nous utilisons ne sera couplé à aucun autre système de chauffage.

Constatations communes aux tests

Nous commencerons la combustion avec un brûleur froid : lors des 10 premières minutes, la flammes est assez basse et bleue. Elle gagne en intensité surtout en son centre au cours des 10 minutes suivantes pour arriver à son niveau "normal" après 20 à 25 minutes de combustion, avec une belle flamme bien orange, en tout point similaire à celle d'un feu de bois traditionnel. Il faut comprendre que le brûleur est chaud et c'est à ce moment précis que la combustion de l'éthanol s'opère de façon optimale.

test bio ethanol

Apprenez-le en lisant nos tests !

Test du brûleur 1.5L/2.7kW

Ce nouveau brûleur présente le double intérêt d'être celui qui équipe un grand nombre de nos cheminées murales comme de sol, tout en étant adapté à une pièce aux dimensions standards, ressemblant à notre local-étalon. Nous ne réaliserons le test qu'à pleine ouverture.

graph
Voir tous les articles équipés du bloc 2.7kW

Les faits marquants

  • 3 heures d'autonomie
  • Autonomie identique à de nombreux brûleurs qui seront l'objet d'un test, à savoir 3 heures à pleine ouverture sur l'intégralité de la combustion.
  • + 10.1 degrés
  • La journée froide de février nous fait tout de même démarrer notre test à 12 degrés. On arrive à une température de confort (>20°) au bout d'une heure 3/4. En fin de combustion nous dépasserons les 22°.
  • Éléments d'hygrométrie
  • L'hygrométrie de la pièce reste stable tout au long de ce test. On enregistre une hausse de 6% en début de test puis on retrouve un pourcentage analogue à celui de départ en fin de test.
  • Autonomie 3h
  • Puissance 2.7kW
  • Litrage 1.5L

Test du brûleur 1.5L/3kW

Légèrement plus puissant que le brûleur précédemment testé (300 watts soit +10%), ce nouveau foyer est également bien représenté dans notre catalogue. Passons le également en revue.

graph
Voir tous les articles équipés du bloc 3kW

Les faits marquants

  • 5h50 heures d'autonomie
  • Autonomie longue portée puisque la flamme s'éteint presque 6 heures après le lancement de la flambée
  • + 10.5 degrés
  • Malgré une journée où la température extérieure ne décolle pas, on arrive à apporter beaucoup de chaleur dans notre pièce-test. Partant de 12°, nous atteindrons en fin de combustion les 22.5°.
  • Éléments d'hygrométrie
  • On restera tout au long du test dans la zone de confort. Une hausse d'humidité se fait sentir en début de combustion mais il est important de voir que la température extérieure était basse au jour du test, ce qui fatalement affecte le taux d'humidité : la pièce était plus sèche qu'à l'habitude !
  • Autonomie 5h30
  • Puissance 3kW
  • Litrage 1.5L

comparatif des blocs de combustion ethanol 1.5 litres

graph
Comparatif bruleur ethanol

Comparatif des brûleurs bioéthanol 2.7 et 3 kW

Ces brûleurs, les deux premiers à faire l'objet de tests dans nos locaux, sont également ceux qui équipent la majorité des cheminées éthanol que nous commercialisons : il disposent d'un réservoir de contenance identique (1 litre 1/2) et d'une puissance relativement similaire. Sur l'image on distingue en partie haute le modèle 3kW, et en bas le modèle 2.7kW.

Nous recommandons de les utiliser dans des pièces dont la superficie au sol est comprise entre 15 et 30 m2, où ils sauront apporter l'appoint nécessaire – si tant est que l'isolation soit correcte. On remarquera en mettant en correlation leurs courbes de puissance que :

- Le bloc 2.7 kW connait une montée en température plus rapide, mais une autonomie mois étendue : il semble adapté pour une utilisation sur une durée plus courte (ex : soirée) ;

- Le bloc 3kW monte en température moins vite mais reste plus autonome : il conviendra plus à une utilisation étendue dans le temps (ex : après-midi).

Test du bloc 1.8L/3.5kW ouvert à pleine puissance

Le premier test sera l'occasion de connaître la chaleur restituée par une cheminée produisant le maximum de sa capacité. Nous utiliserons le brûleur 1.8L/3.5kW que nous laisserons ouvert au maximum pendant toute la durée de la combustion.

graph

Les faits marquants

  • 3 heures d'autonomie
  • Notre test nous confirme qu'un brûleur ouvert à son maximum est capable d'une autonomie de 3 heures.
  • + 13 degrés
  • Vous ne rêvez pas ! Nous partons de 15° pour atteindre les 28° en fin de combustion. On constatera que le test est effectuée sur une journée "douce" à la vue de la température extérieure.
  • Éléments d'hygrométrie
  • Le taux d'humidité dans la pièce monte de 3% la première heure. L'atmosphère de la pièce est ensuite plus sèche, elle descend continuellement pour atteindre 55% en fin de test. Loin d'être augmentée par la combustion, l'humidité résiduelle de la pièce à tendance à baisser.
  • Autonomie 3h
  • Puissance 3kW
  • Litrage 1.8L

Test du bloc 1.8L/3.5kW utilisé à mi-puissance

Autant le dire de suite, nous avons eu chaud sur le test précédent ! Difficile d'imaginer vivre dans un salon chauffé à 28°. Nous décidons de refaire le test le lendemain, cette fois-ci en obturant le bloc de combustion à l'aide de sa réglette d'ajustement.
graph

Les faits marquants

  • 4h30 d'autonomie
  • On étend l'autonomie d'une heure 1/2, simplement en fermant le bloc de combustion de moitié. C'est tout l'avantage d'un foyer réglable – comme l'est la majorité des brûleurs qui équipent nos cheminées éthanol.
  • + 11.9 degrés
  • On plafonne cette fois-ci à 26.5°, performance plutôt importante. On réalise également une consommation d'éthanol moindre sans pour autant que la température intérieure n'en pâtisse.
  • Éléments d'hygrométrie
  • Même si elle est plus importante que lors du test de la veille, l'humidité présente dans l'air reste dans un seuil dit "de confort". Le taux oscille entre 68 et 62% et évolue tout au long de la procédure.
  • Autonomie 4h30
  • Puissance 3kW
  • Litrage 1.8L

Test du bloc 2L/3.3kW

Un foyer de combustion qui pour l'heure n'est disponible qu'en version simple et non carénée, puisqu'il n'équipe aucune de nos cheminées éthanol. Il dispose de deux avantages, à savoir qu'il possède une autonomie record et qu'il dispose d'une capacité de chauffe importante de 3300 watts. Le type de fibre utilisé dans ce brûleur, affleurant sur toute la surface, n'est surement pas étranger à ce phénomène.
graph
Voir le brûleur 3.3kW

Les faits marquants

  • 6h d'autonomie
  • Bien que notre test est été réalisé à l'ouverture maximale sur toute sa durée on enregistre une belle autonomie, doublée en rapport à celle d'un produit conventionnel.
  • + 13 degrés
  • Pas de surprise sur la capacité à chauffer de ce brûleur. Malgré un temps extérieur plutôt froid et venteux, malgré une pièce chaufée à 13 degrés en début de test, on arrive à dépasser les 26°. Performance à saluer !
  • Éléments d'hygrométrie
  • Mentionnons avec ce brûleur une oscillation légère de la courbe d'humidité intérieure de la pièce. Légère augmentation (+5%) en début de test, puis on retrouve en fin de combustion un taux légèrement inférieur à celui du début.
  • Autonomie 6h
  • Puissance 3.3kW
  • Litrage 2L

Le constat final : il est possible de se chauffer à l'éthanol !

Les divers tests présents sur cette page nous permettent d'affirmer qu'une cheminée bioéthanol est capable de chauffer – même sans être couplée à un système de chauffage traditionnel – tant qu'elle est capable de développer une puissance en adéquation à la superficie de sa pièce d'accueil. Le taux d'humidité relevé dans la pièce, loin d'être plus important à la fin du test qu'à son début, permet d'établir que le chauffage à éthanol ne produit pas de vapeur d'eau en excès.